Mémoire HEC
 
Accueil  >  Aide >  Bienvenue ! >> Administration <<
 
Bienvenue !
Le petit Prince - 21 mars 2004
Documents joints :  Présentation de SPIP

C’est bien beau, mais SPIP c’est quoi au juste, comment ça marche et pourquoi l’avoir mis en place ?

1) Pour aller vite, disons que SPIP est un site Internet déjà tout fait, divisé en deux parties : une zone publique (accessible à tout le monde) et une zone privée (accessible par mot de passe aux seules personnes autorisées à modifier les données du site). Quand on installe SPIP, tout est opérationnel : quelques petits réglages suffisent à le faire fonctionner selon ses désidératas (par exemple : créer des comptes avec login/mot de passe). En fait, le gros du boulot consiste à personnaliser l’interface graphique de la partie publique du site. Finalement, je dirais que SPIP est au site Internet d’édition ce qu’un manuscrit d’Éric Emmanuel Schmitt est au théâtre : la trame est déjà sur le papier, les acteurs n’ont qu’à préparer leur rôle pendant les répétitions, et le public ne voit que le rendu final... sachant qu’une bonne partie du boulot consiste à réfléchir à la mise en scène, créer les décors, etc.

2) En résumé : avec SPIP on dispose d’une très bonne base pour faire de l’excellent travail collaboratif. Pour cela, la partie privée du site est remarquable : on peut écrire des articles (dans le cadre d’un mémoire il s’agirait plutôt de « morceaux » de chapitres) rattachés à des rubriques, on peut publier des brèves (sorte de pense-bête), joindre des documents, faire référence à des sites Internet, s’envoyer des messages, etc. Et, ce qui ne gâche rien, l’ergonomie est particulièrement soignée, ce qui rend son utilisation très intuitive... Pour plus de détails, je vous conseille de prendre 10 minutes pour parcourir le document en pièce jointe (surtout la partie concernant les types d’objets gérés dans SPIP).

3) De fait, la raison pour laquelle j’ai installé SPIP coule de source : il est fait pour le travail de groupe ! Chacun peut produire ses articles de son côté, tout en partageant ses sources, ses documents, et en faisant part de ses remarques aux autres... on peut même travailler à plusieurs sur le même article : le cas échéant, un petit message d’information vous signalera que l’objet concerné est déjà en train d’être modifié par quelqu’un d’autre... Si c’est pas fantastique ça ! Du coup, en s’y prenant bien dès le départ, la structure du site fera office de sommaire du mémoire, les documents et sites Internet partagés formeront la bibliographie, et avec les articles on aura le contenu de chaque partie. En outre, plus la peine de se casser la tête avec Word pour la mise en page (d’autant qu’avec des ordinateurs différents, des versions différentes, des feuilles de style différentes, et j’en passe, les obstacles à une mise en page homogène sont nombreux) puisque tout est écrit quasiment en mode texte dans les cases prévues à cet effet (comme moi en ce moment). A l’arrivée, il suffira de tout regrouper dans un même document, et le tour sera joué.

Voilà. Je voudrais finir ma petite présentation par les défauts de SPIP (et quand je dis « défauts », c’est plutôt à chacun de juger) : pas de correcteur orthographique (donc savoir écrire est un plus appréciable), pas de dictionnaire des synonymes (donc dans notre cas la maîtrise de la langue française est encore une fois la bienvenue), et pas de jolis boutons partout pour changer le style de numérotation des paragraphes, jouer sur les marges, ou faire des puces en forme de fusée (alors autant en profiter pour se concentrer sur le contenu).

Cette fois j’ai fini. Il ne me reste plus qu’à vous souhaiter bonne chance !


Brèves dans la même rubrique :
Des brèves qui disparaissent ? - 12 avril 2004
Attention : site en construction - 21 mars 2004
 
Résumé  |  Plan