SIGNATURE DE LA CONVENTION CULTURE-TOURISME
le 18 juin 1998

Catherine Trautmann, ministre de la Culture et de la Communication, et Michelle Demessine, secrétaire d'Etat au Tourisme, signent le 18 juin à Figeac la convention « culture-tourisme », en présence de Martin Malvy, maire de la ville et président du Conseil régional de Midi-Pyrénées. A cette occasion, sont lancées les saisons touristiques de la Caisse nationale des monuments historiques et des sites et du réseau des Villes et pays d'art et d'histoire.

Cette convention concrétise la collaboration entre les services du ministère de la Culture et de la Communication, et du secrétariat d'Etat au Tourisme et constitue le fondement d'une véritable politique de tourisme culturel.

En signant cette convention les deux ministres se fixent les objectifs suivants :

. participer à l'aménagement du territoire en développant conjointement les ressources culturelles et les produits touristiques,
. améliorer la qualité de l'offre touristique portant particulièrement sur l'accueil dans les équipements culturels,
. diversifier l'offre culturelle en recherchant une valorisation touristique dans tous les secteurs artistiques culturels et notamment dans le domaine du patrimoine,
. renforcer la démarche de promotion et de mise en marché de l'offre culturelle et patrimoniale pour lui donner les ressources financières et humaines nécessaires à sa valorisation,
. soutenir le tourisme culturel populaire en développant les relations avec les acteurs du tourisme social,
. prolonger et amplifier les actions communes conduites par les deux ministères et leurs établissements rattachés (Caisse nationale des monuments historiques, Réunion des monuments nationaux, Maison de la France, Agence française d'ingéniérie touristique).

Pour mettre en place ce programme, les deux ministères favoriseront le rapprochement de leurs services en région afin que chacun profite de l'expérience de l'autre. Des accords seront conclus avec les fédérations nationales responsables des instances du tourisme en région pour que la culture soit prise en compte dans les actions conduites par les opérateurs locaux du tourisme.

Les deux ministères encourageront l'approche culturelle du tourisme international et susciteront des actions pouvant bénéficier des fonds structurels européens.

Les deux ministères mettront en place un observatoire de la fréquentation des lieux culturels afin de disposer d'une information régulière et de qualité sur les 2000 sites français les plus visités.

La formation des opérateurs locaux et les démarches de qualité sont au coeur de ce dispositif en faveur du tourisme culturel. Les actions menées en ce sens dans le réseau des Villes et pays d'art et d'histoire et par la Caisse nationale des monuments historiques et des sites seront développées. Elles témoignent d'ores et déjà d'une amorce de cette collaboration entre le ministère de la Culture et de la Communication et le secrétariat d'Etat au Tourisme.

A l'occasion de cette signature, Catherine Trautmann et Michelle Demessine donnent le coup d'envoi de la campagne Laissez-vous conter la ville, laissez-vous conter le pays, organisée par le réseau des 120 Villes et pays d'art et d'histoire. Elles lancent également la Saison 1998 dans les monuments nationaux. En effet, quelque 200 animations culturelles vont se dérouler, pendant l'été, dans les 107 monuments nationaux ouverts à la visite par la Caisse nationale des monuments historiques et des sites.

Les ministres présentent, en outre, le thésaurus des Villes et pays d'art et d'histoire, guide pratique pour tous les groupes à l'attention des agences de voyage, qui répertorie 3000 visites et circuits conduits par les guides-conférenciers ou les animateurs du patrimoine. Cette présentation est complétée par une démonstration de la nouvelle rubrique du site internet du ministère de la Culture et de la Communication consacrée au réseau - tourisme culturel, ainsi que du site internet de la Caisse nationale.

Enfin, les deux ministres et Martin Malvy inaugurent l'espace patrimoine réalisé dans le cadre de la convention Ville d'art et d'histoire qui accueille l'exposition permanente : « Figeac portrait d'une ville ».

Figeac, le 18 juin 1998

Services de presse : Ministère de la Culture et de la Communication 01 40 15 83 31
01 40 15 82 70
Secrétariat d'Etat au Tourisme 01 40 81 39 10

CONVENTION CULTURE-TOURISME

Entre
La ministre de la culture et de la communication,
Madame Catherine TRAUTMANN,
d'une part,

et
La secrétaire d'Etat au tourisme,
Madame Michelle DEMESSINE,
d'autre part,

Il est décidé:

. de participer à l'aménagement du territoire en développant conjointement les ressources culturelles et les produits touristiques

. d'améliorer la qualité de l'offre touristique en recherchant une meilleure adéquation entre l'offre et la demande et en améliorant l'accueil dans les équipements culturels

. de diversifier l'offre culturelle en recherchant une valorisation touristique dans tous les secteurs artistiques culturels

. de renforcer la démarche de promotion et de mise en marché de l'offre culturelle et patrimoniale pour lui donner les ressources financières et humaines nécessaires à sa valorisation

. de soutenir le tourisme culturel populaire en développant les relations, notamment avec les acteurs du tourisme associatif

. de prolonger et d'amplifier les actions communes conduites par les deux ministères et leurs établissements rattachés (Caisse Nationale des Monuments Historiques, Réunion des Musées Nationaux, Maison de la France, Agence Française d'Ingénierie touristique).

Afin de mettre en oeuvre ces objectifs, il est convenu que :

Article 1 :

Les deux ministères favoriseront le rapprochement de leurs structures respectives en région (DRAC-DRT) afin que le savoir-faire et les connaissances de chacun puissent être mis en commun, permettant ainsi l'élaboration de programmes de valorisation conjoints ou complémentaires des sites et équipements culturels et patrimoniaux.
Les DRAC mettront à la disposition des instances du Tourisme les moyens scientifiques dont elles disposent : inventaires, documentation, centres de ressources, experts ainsi que la connaissance du milieu culturel (équipements, institutions, associations, opérations, bureaux d'études ... ); elles inciteront les établissements culturels de leur région conservant des fonds documentaires utilisables à des fins touristiques, telles que bibliothèques, médiathèques et archives, à les mettre à la disposition des acteurs du tourisme.
Les DRT favoriseront la mise en valeur des produits culturels. Ils aideront à une meilleure connaissance des clientèles en mettant à disposition des services de la Culture les informations dont ils disposent.
Les deux ministères organiseront conjointement une réunion annuelle de concertation sur des projets précis. Cette concertation pourra se traduire par des conventions régionales afin de mettre en oeuvre les projets décidés en commun.

Ils veilleront à proposer en particulier aux collectivités territoriales l'inscription d'actions de valorisation et de promotion du tourisme culturel dans les différents dispositifs contractuels (contrats de plan Etat/Région, contrats de pays ... ).
Ils susciteront conjointement des opérations pouvant bénéficier des fonds structurels ou des programmes européens.
Ils favoriseront les échanges avec d'autres pays rencontrant les mêmes préoccupations.

Article 2 :

Le ministère chargé du tourisme, en accord avec celui de la culture, facilitera le rapprochement des opérateurs locaux du tourisme et de la culture par la mise en place d'accords avec les fédérations nationales regroupant les instances décentralisées du tourisme (FNCRT, FNCDT, FNOTSI) et toutes autres institutions, afin qu'elles incluent la culture dans leurs opérations.

Article 3 :

Les deux ministères s'engagent à ce qu'une représentation réciproque soit mise en place ou confortée dans les instances nationales (conseils d'administration de l'Agence Française d'Ingénierie Touristique, de la Caisse Nationale des Monuments Historiques et des Sites, du Conseil National des Villes et Pays d'Art et d'Histoire ... ) où il est traité d'opérations pouvant les concerner conjointement.
La liste de ces institutions sera établie dans un avenant avant la fin de l'année 1998.
Elle sera révisable annuellement.

Article 4 :

Les deux ministères mettront en place un observatoire de la fréquentation des lieux culturels afin de disposer d'une information régulière et de qualité sur les 2000 sites français les plus visités.

Cet observatoire pourra utiliser, en vue de les affiner et de les compléter, les informations déjà existantes au sein des directions respectives des deux ministères et de l'Observatoire national du tourisme.

Article 5 :

Il sera effectué un inventaire des ressources culturelles exploitables sur le plan touristique afin de contribuer au développement local des régions, notamment en ce qui concerne les patrimoines les plus méconnus (patrimoines maritime, industriel, scientifique et technique, militaire, musées de sociétés ... ).
Cet inventaire, conduit par le ministère de la culture en liaison avec le ministère chargé du tourisme qui apporterait son appui technique, en particulier à travers l'Agence Française d'Ingénierie Touristique et Maison de la France, visera en priorité à évaluer les potentiels de clientèles françaises et étrangères et le type d'offre à susciter, avec le concours des Comités régionaux et départementaux du tourisme.
Il devra permettre la constitution d'une véritable base de données qui sera mise à disposition du public et des professionnels du tourisme, notamment à travers les nouveaux outils informatiques (Internet,...).

Article 6 :

Les deux ministères, en liaison notamment avec le ministère des affaires étrangères, favoriseront la découverte de la culture nationale par les étrangers.
Ils apporteront une attention particulière à la signalétique, l'accueil et la documentation (écrite et audiovisuelle). Ils veilleront à ce que les documents d'information destinés aux touristes et diffusés à l'étranger et en France, ainsi que dans les moyens de transport (avion, train), soient rédigés en trois langues dont le français.
Ils s'attacheront à ce que le tourisme culturel soit bien pris en compte dans le plan marketing de Maison de la France et des régions, ainsi que dans les programmes de communication et de promotion de nos représentations du tourisme français à l'étranger.

Article 7 :

Outre la Caisse Nationale des Monuments Historiques et des Sites et la Réunion des Musées Nationaux, les Villes et Pays d'Art et d'Histoire constitueront un lieu privilégié de collaboration, tant pour la définition de produits de tourisme culturel que pour la formation des opérateurs locaux.
Les deux ministères, en liaison avec les collectivités locales concernées, intégreront l'offre culturelle que représentent les Villes et Pays d'Art et d'Histoire dans des programmes à vocation culturelle et touristique plus large et les organiseront en réseaux.
Ils feront de même pour les Pôles d'Economie du Patrimoine.

Article 8 :

Le tourisme social constituera une priorité pour le développement du tourisme culturel, notamment en s'appuyant sur le réseau d'associations existant ; les actions s'articuleront autour des objectifs suivants :
. le soutien au développement du chèque-vacances, qui sera poursuivi
. la mise en place d'actions expérimentales (mises en réseaux, formations, opérations artistiques et culturelles pilotes) qui seront menées avec les associations de tourisme, des artistes et opérateurs culturels, les Fédérations d'éducation populaire organisatrices de vacances et les Comités d'entreprise gestionnaires de centres de vacances familiaux.

Article 9 :

Des formations seront développées aux niveaux national et régional pour favoriser la connaissance des démarches et des ressources réciproques des deux partenaires, faciliter l'accès des acteurs du tourisme à l'offre culturelle et des acteurs culturels aux opérations touristiques.
Les deux ministères accentueront leur collaboration pour la formation des professionnels de chaque secteur, en particulier dans le domaine de l'accueil, de l'animation et de la promotion des sites et équipements culturels. Les formations mises en place intégreront la connaissance des clientèles, les langues étrangères. l'utilisation des nouvelles technologies...
Des rencontres nationales et internationales pourront être organisées à partir d'événements touristiques culturels suscitant échanges et confrontations d'expériences.

Article 10 :

Le montage de produits de tourisme culturel de qualité sera poursuivi et développé avec l'appui technique de l'Agence Française d'Ingénierie Touristique et en liaison avec les collectivités territoriales. Des guides méthodologiques seront élaborés afin que ces démarches soient largement diffusées auprès des opérateurs locaux.

Article 11 :

Concernant les emplois-jeunes, l'embauche de jeunes sera favorisée dans des métiers nouveaux, à la jonction du tourisme et de la culture : médiateurs, agents de développement, assistants d'études documentaires, jeunes plurilingues chargés de l'accueil des touristes étrangers, animateurs de langues régionales, concepteurs d'outils d'information et de promotion, en particulier multimédias, ...
Les deux ministères soutiendront toute action visant à pérenniser des emplois encore aujourd'hui saisonniers afin de développer la professionnalisation du secteur du tourisme culturel.

Article 12 :

Les deux ministères s'efforceront de renforcer l'offre de tourisme culturel dans les zones rurales, non seulement en matière de petit patrimoine bâti mais aussi pour la connaissance des pays (ethnologie), les spectacles vivants, les métiers d'art et le patrimoine linguistique et littéraire.
Le réseau des relais-livre en campagne pourra être utilisé pour diffuser l'information touristique.

Article 13 :

Les deux ministères veilleront conjointement à ce que les manifestations et événements nationaux présentant un intérêt particulier pour le tourisme culturel bénéficient d'une diffusion suffisante dans leurs différents réseaux et que leur qualité réponde aux exigences de chacun. Une attention particulière sera portée aux festivals concernant les arts du spectacle et le cinéma ainsi qu'aux événements littéraires (foires, salons...).

Article 14 :

Les deux ministères s'engagent à respecter les objectifs de ce protocole.
Une évaluation en sera faite annuellement lors d'une réunion associant les différents acteurs.


[ Discours et communiqués ]